Actualités

Anne Maitrejean, portraits de femmes

 

Anne, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

- Je m’appelle Anne Maitrejean, j’ai 46 ans, j’habite à Graulhet depuis 13 ans avec ma famille et je travaille à Toulouse dans une école (Prépart) de préparation aux concours des écoles d’art. J’y enseigne le dessin, le story-board et je suis les étudiants sur leurs projets en cinéma d’animation. Depuis une vingtaine d’années j’ai une pratique artistique que j’ai développée d’abord autour des arts plastiques : peinture, gravure. Puis je me suis mise à essayer d’animer des images, à faire de la vidéo, à créer des courts métrages, à écrire des scénarios puis des nouvelles. Je viens de finir d’écrire un roman. Entre temps j’ai créé Féminités.

Comment définir Féminités ? Un roman, une œuvre d'art, un tableau ? On y retrouve mêlées plusieurs techniques...

- Féminités est plutôt une compilation de portraits, ce sont des histoires courtes, très courtes. Ça a commencé pour moi comme un processus thérapeutique. Je cherchais des images, une fois que je les avais choisies, j’avais mon histoire et mon histoire me permettait d’exorciser quelques-uns de mes vécus, ou des questionnements de mes proches. Je me suis aperçue que de mettre en scène des histoires qui touchent à quelqu’un dans son intimité, en affirmant des choses, en posant des questions, pouvaient aussi toucher le lecteur par identification à l’une ou l’autre de ces femmes.

Vos collages évoquent Dada et les surréalistes...

- Je suis partie sur des collages, pas parce que je suis particulièrement plus fascinée par ces mouvements de l’histoire de l’art que par d’autres mais parce que c’était le moyen de raconter des histoires vite. Avant de travailler là-dessus j’ai passé un an à faire un film de 7 mn, « Rencontres », que j’ai montré 2 fois, une fois au cinéma de Gaillac, une fois à Traverse vidéo. Alors j’avais besoin de raconter beaucoup de choses…de montrer beaucoup d’images… Et puis j’avais envie de m’amuser. Effectivement Dada et les surréalistes se sont beaucoup amusés je pense.

photo anne.jpg

Dans Féminités, il est beaucoup question des femmes (bien sûr) mais aussi de création. Les femmes sont-elles des artistes comme les autres ? L'art féminin existe t-il pour vous ?

- Je pense que les femmes sont des artistes comme les autres. Il en existe beaucoup, qui n’ont pas toujours beaucoup de visibilité. Je pense qu’elles ont eu du mal à exister, il n’y a qu’à lire Une chambre à soi de Virginia Woolf et que, certainement elles ont encore du mal à exister en tant qu’artistes et en tant que femmes. Mais c’est un débat qui prend du temps. Le rapport à la création est une question qui me préoccupe en permanence, pourquoi ce besoin, pourquoi travailler pour pouvoir travailler encore des heures sur des médiums qui toucheront peu de personnes ? Parce que c’est certainement ce qui nous enchante c’est peut-être ce qui est porteur d’espoir en tout cas pour moi face à l’adversité, face au désenchantement. D’ailleurs c’est le sujet de mon prochain film d’animation, j’ai interrogé des femmes créatrices, fouillant dans leurs utopies, questionnant leurs espoirs à travers leurs pratiques, espoirs que je mettrai en regard visuellement avec les miens.

Quel genre de lectrice êtes-vous, qu'aimez-vous lire ?

- Il y a vingt ans j’aimais les romans de Garcia Marquez, Sepulvéda, Eduardo Mendoza et autre littérature du réalisme magique, et puis André Brink, Amadou Kourouma, Soseki, Murakami, Louise Erdrich, Jim Harisson. Les littératures de voyages, Nicolas Bouvier, Alexandra David-Neel etc…Maintenant je découvre des écrivains parfois, par une émission de France culture ou en fouillant dans une bibliothèque : par exemple j’ai beaucoup aimé : Courir dans les bois sans désemparer  de Sylvie Aymard, j’ai aimé lire Sylvain Tesson, Seule Venise de Claudie Gallay, des livres plus anciens comme La croisade de Lee Gordon de Chester Himes, John Fante : Une petite faim. J’aime aussi les biographies, et les autobiographies comme celles de Brink et de Garcia Marquez. Il y aurait beaucoup à raconter mais c’est ce qui me vient à vif. J’aime relire Duras, Bouvier, Le Clézio, Bachelard des fois juste pour survoler relire quelques lignes. Et puis je lis des livres pour mon travail sur le cinéma, sur les réflexions des artistes, des auteurs, des réalisateurs…
 

Le dernier livre qui vous a marquée ?

- J’ai beaucoup aimé Le bateau brume de Philippe Le Guillou. Un roman très dense sur la gémellité, sur les relations de deux frères qui grandissent, leurs personnalités, leur réalisations, leurs façon de vivre les choses intensément, tragiquement parfois, passionnément en lien avec la profondeur des paysages, de la Bretagne, en lien avec l’histoire. Un roman touffu et dense lu en plein hiver au fin fond du Lot, un roman pour hiberner, pour retrouver un espace-temps rempli de temps et d’espace.

 

Merci Anne pour ces réponses à nos questions.

 


A découvrir, le site personnel de Anne Maitrejean.

Les événements prochains dans le Tarn :

  • le 11 mars, vernissage et signatures au cinéma Vertigo de Graulhet à partir de 19h. A 19h45, projection de courts métrages réalisés par Anne Maitrejean.

  • le 12 mars, exposition à la bibliothèque de Giroussens. Collages autour de Féminités. Vernissage à 12h00.

  • le 18 mars, vernissage et signatures à la médiathèque de Lavaur pour une exposition de peintures et de gravures autour de Féminités.

  • le samedi 16 avril à 14h30, rencontre et signatures à la médiathèque de Gaillac.

Univers: 

Dates: 

Vendredi, 26 février, 2016 - 09:00
Share